Le Blog de Cyril Baumgarten
Publicités

Cristina, Mauricio et la pauvreté en Argentine

Argentina-Buenos-Aires-Bidonville-1Quel est le niveau de pauvreté de l’Argentine que laisse Cristina Kirchner?

Selon l’INDEC il était de 55% en 2001, aux lendemains de la plus grave crise financière que le pays ait connu, puis a baissé régulièrement à partir de 2003 pour atteindre 6% en 2012, date à laquelle l’INDEC a cessé de publier des chiffres.

On peut valablement s’interroger sur les raisons pour lesquelles Cristina Kirchner, qui passe beaucoup de temps sur les médias à vanter sa gestion, cesse de publier un indice aussi favorable.

Les seuls chiffres publiés le sont aujourd’hui par l’UCA, l’Université Catholique, à partir d’études sur les revenus publiés par L’INDEC et sur des relevés de prix de paniers moyens. L’UCA arrive au chiffre de 28%. A titre de comparaison les chiffres de la pauvreté en Europe sont, à l’exception de la Grèce et de l’Espagne, tous aux alentours de 12 à 14%.

La réalité, non connue, est donc certainement plus élevée que les derniers chiffres connus et marque l’échec d’une gestion au discours ancré à gauche et dont c’était une des priorités.

Mauricio Macri, président élu, a lors de nombreux discours, affiché l’objectif de la pauvreté zéro. Bien sûr c’est un slogan et un objectif irréalisable. Mais il marque ainsi sa volonté de réussir là ou Cristina Kirchner a échoué.

Nous verrons ce qu’il mettra en oeuvre pour réduire la pauvreté.

On prête souvent à Macri une absence de sensibilité sociale, voire une absence de sensibilité tout simplement. Au final peu importe. Ce qui comptera ce seront les résultats. La pauvreté quittera-t-elle ses seuils historiques en Argentine, de 20, 25%?

L’enjeu n’est pas seulement social, c’est aussi un objectif politique : en finir avec le clientélisme dont se nourrit le péronisme en Argentine, et mettre le pays sur la voie de l’alternance véritable.

Que le pays vive enfin l’alternance entre deux visions de son dévelloppement. La vision libérale de centre droit, aujourd’hui portée par Macri et une vision social-démocrate, plus redistributrice, portée par un grand parti de gauche, aujourd’hui inexistant en Argentine.

 

Publicités

Qui veut dire bonjour à OBAMA?

Quelques poignées de main récentes lors de l’assemblée générale de l’ONU621017

Raul Catro, c’était historique

2018440916_B976652575Z.1_20150929001329_000_G9T59DGS1.3-0Poutine, c’était glacial

12

Zarif, le chef de la diplomatie Iranienne. Contraire aux principes de la révolution islamique, selon quelques conservateurs Iraniens.

Regardez bien celle qui suit, elle est « secrète »

https://www.youtube.com/watch?v=JOGHB4WPR_w

Et enfin, celle qui est toujours recherchée, mais qui se fait rare

CristinaKirchner2--650x300

On a triché, c’est vrai… mais les autres aussi

urna-quemada-700x357

Quel délire!!!! L’ex gouverneur reconnait qu’il y a eu fraude durant les élections de Tucuman.

Mais c’est pas si grave car il y a eu fraude des deux côtés. Et puis comme son parti a gagné avec 100000 voix d’écart et 54% des voix, c’est-à-dire plus que d’autres gouverneurs qui ne sont élus qu’avec un peu plus de 50%, on ne va quand-même pas refaire les élections.

http://www.lanacion.com.ar/1823833-jose-alperovich-reconocio-que-se-entregaron-bolsones-a-cambio-de-votos-en-las-elecciones-de-tucuman

Banalisation de la violence en Argentine

Deux événements récents très préoccupants.

Un entrepreneur massacre sa femme et la tue. Et la justice entre dans le jeu de la défense pour vérifier s’il n’a pas agit sous l’emprise d’émotions violentes !!!!!! (Remarquez bien que c’est plus que probable!)

http://www.pagina12.com.ar/diario/sociedad/3-280009-2015-08-24.html

Lors des élections de dimanche dernier à Tucuman, des urnes sont brûlées, entre autres anomalies, et le gouvernement lui-même minimise l’événement en indiquant « qu’elles ne représentent que 1% du total des urnes!!!! Je suppose donc, compte tenu des lois statistiques, qu’on pourra désormais valider un résultat d’élections en Argentine si moins de 20 ou 30% des urnes sont brûlées, car cela n’affecte sans doute pas le résultat global !!!!!

http://www.lanacion.com.ar/1821873-el-gobierno-le-resto-impotancia-a-los-incidentes-en-tucuman-fueron-observadas-42-urnas-menos-del-1-del-total

urna-quemada-700x357

Crise Chinoise, crise mondiale, comment va se terminer l’histoire?

2132502Dans cet intéressant article de Libération, tout est dit sur l’origine de la crise économique chinoise et ses conséquences sur le reste du monde.

http://www.liberation.fr/monde/2015/08/18/pourquoi-il-faut-s-inquieter-de-la-crise-boursiere-en-chine_1365366

Quelles pourraient en être les conséquences autres qu’économiques?

La Chine est un grand pays et une dictature. Lorsque la nouvelle classe moyenne, lassée, fera vaciller le pouvoir communiste, quelle sera sa réaction?

Que fera le pouvoir communiste pour conserver son pouvoir et la manne financière qui en découle? Cherchera-t-il un « ennemi externe »? Le japon, éternel ennemi, avec lequel il conserve de nombreux litiges territoriaux, semble le mieux indiqué. Vers quel abîme la chute du communisme en Chine peut-elle entraîner le monde?

Quand la Chine découvre Karl Marx

Jusqu’à la fin des années 70 la Chine, sous la direction du grand parti communiste, a construit ce qu’on appelait le « socialisme  réel ». Un pays où l’économie était entièrement dirigée par l’état. Et où la moitié de la population vivait dans l’extrême pauvreté.

A partir de 1978 le glorieux parti communiste invente le concept d »économie socialiste de marché« , une appellation politiquement correcte pour désigner le capitalisme pur et dur.

Les résultats ne tardent pas. 500 millions de Chinois quittent la pauvreté, 2 ou 300 millions accèdent même à la classe moyenne, c’est-à-dire au grand miracle de la consommation. Et les inégalités explosent!

Le modèle, très tourné vers l’exportation, a aujourd’hui de sérieux ratés. Manque de consommation interne pour soutenir la baisse des exportations, surproduction, bulles financières et immobilières, banques en difficulté. Toutes difficultés parfaitement prévisibles si les Chinois étudiaient encore le grand Karl!!!

Il leur reste à appliquer les recettes classiques du monde occidental. Assainir le système bancaire et concentrer l’épargne sur les entreprises rentables avec son corollaire…. le développement du chômage et la crise sociale et politique que cela entraînera.

L’Argentine, un des rares pays au monde sans corruption

Under-the-table transactions...

Under-the-table transactions…

Presque partout dans le monde il y a de la corruption.

Au Brésil le scandale Petrobras a éclaté. La justice fait son travail. Et la présidente Dilma, pourtant non concernée, en souffre politiquement pour ne pas en avoir fait assez pour dénoncer les faits.

En Chine, en Iran ou au Vietnam, nombreux sont les corrompus de haut rang condamnés à mort et exécutés.

Au Japon, inutile, ils se font hara kiri.

Dans les pays occidentaux, les procès, nombreux, vont jusqu’à l’emprisonnement…. mais avant, dès que le soupçon est dévoilé, les responsables démissionnent.

L’Argentine est le seul pays du monde sans corruption. Il y a bien des soupçons contre Boudou, le vice-président, contre Anibal Fernadez, l’actuel chef de cabinet du gouvernement, contre De Vido, le ministre de la planification ou encore sur le financement de la campagne électorale de la Présidente et de son prédécesseur, Et sur bien d’autres.

Mais ni procès, ni démissions, ni rien. Ce ne sont que des mensonges montés par la presse, surtout par Clarin et La Nacion.

Les articles archivés